Emploi : les profils digitaux parmi les plus recherchés

emploi

Le troisième millénaire, c’est l’ère de la révolution digitale. Dans ce contexte, 2018 doit être l’année de la réinvention de l’industrie. Fini le déploiement de la main-d’œuvre, cette masse humaine qui, jadis, était obligée de déployer de gros efforts physiques pour produire. L’avancée de la technologie a fait que la productivité se multiplie sans elle. La demande s’amenuise. La clientèle devient exigeante. Les professionnels du marketing et de la communication prennent le relais pour mieux la satisfaire, ce qui explique l’émergence des profils digitaux dans le secteur de l’Emploi.

Les profils digitaux : moteurs du développement de l’industrie

Ils comptent parmi les profils les plus recherchés. Eux, ce sont les professionnels du numérique, mais qui sont-ils ?

Ils collaborent en général avec les professionnels de l’IT pour permettre à une entreprise de mieux se positionner sur Internet. Marketeurs et communicateurs, plus de 50% d’entre eux ont suivi de hautes études. Ingénieurs ou diplômés de l’école de commerce, ils disposent d’un bac + 4/5. Si le professionnel de l’IT organise la visibilité de l’entreprise sur Internet, le marketeur digital, lui, s’occupe de l’intégration et de l’analyse des fonctions numériques dans la stratégie commerciale de cette entreprise.

Les profils digitaux se retrouvent dans différents secteurs notamment l’industrie qui, pour se réinventer, est obligée d’adopter une nouvelle stratégie de développement. Elle se propose désormais d’offrir du sur-mesure aux consommateurs et vise plutôt à promouvoir ses services que ses produits.

Des chiffres significatifs

Cette population jeune qui exerce dans la communication et le marketing a sa propre perception du marché de l’Emploi. Le résultat de l’étude menée par Fed Business entre juin et septembre 2017 en collaboration avec RegionsJob intéressera sûrement les recruteurs.

L’enquête a été faite auprès de 522 profils digitaux. 60% d’entre eux ont été sollicités plus d’une fois pendant les six mois précédant le sondage. Parmi ces 60%, 9% ont été contactés plus de sept fois. Par conséquent, ces professionnels se font prier. Qui plus est, ils sont difficiles à fidéliser : 78% affirment ne pas prolonger leur ancienneté au-delà des 5 ans.

Les communicateurs digitaux aiment le challenge. 62% d’entre eux utilisent la cooptation et leur réseau pour postuler un emploi. 56% déposent leur candidature auprès d’un cabinet de recrutement. Dans ce métier, la montée en compétence s’avère indispensable. 42% d’entre eux font appel à Google Analytics.

Du point de vue rémunération, 50% se montrent satisfaits. Pour l’ensemble, profils digitaux et non digitaux confondus, les 60% qui touchent un salaire annuel inférieur à 34 000 euros se disent satisfaits à 30%.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *